Publié dans
Vidéos de l'IPRA

CanOvis - Vidéo nocturne - Séquence 9 : Surpluskilling - la théorie confrontée à la réalité


Ces images et vidéos sont propriété de l'IPRA, toute utilisation et reproduction est interdite sauf autorisation expresse et contractuelle. Nous contacter
Titre
Effet de surpluskilling: illustration et analyse
Source
Rapport d'activité - IPRA 2016
Description
" Réflexion sur les causes du surpluskilling"
Comme la plupart des canidés, le loup peut provoquer sur les populations proies des dommages au-delà de ses besoins alimentaires : plusieurs animaux tués et/ou blessés, peu ou pas consommés. On parle alors de surplus ou over-killing.
Ce comportement « aberrant » peut s’expliquer par la conjonction de facteurs propres au prédateur – un comportement (patron moteur) inné de tuer à chaque fois que cela est possible – et à certaines proies plus abondantes (stimulus déclencheur) et vulnérables, qui multiplient, selon les contextes, les occasions faciles de tuer plus que nécessaire. Ainsi ce phénomène est bien connu sur les animaux domestiques, mais il peut également être observé, pour le loup, sur des proies sauvages dans des contextes particuliers (concentration d’ongulés en migration, groupe bloqués par une neige abondante, vêlage…).
En France, la moyenne d’animaux tués par attaque s’élève généralement à 3 ou 4 individus (sans compter les blessés). La plupart de ces victimes ne sont absolument pas consommées, à fortiori si l’intervention des CPT, du berger … empêche le/les loup/s de passer à la phase de consommation. Lors de certains épisodes de surpluskilling sévères plus d’une dizaine d’animaux peuvent être touchés
Peu d’informations précises permettent d’analyser plus finement les mécanismes qui engendrent ces tueries : ce qui fait basculer d’une « banale » attaque pour répondre au stimulus de la faim à un carnage systématisé sans véritable bénéfice alimentaire (à moins d’un charognage ultérieur conséquent et systématique ?)
Le cas décrit ici ne concerne que 2 brebis et 1 loup, il illustre néanmoins le phénomène mais par ailleurs remet en question certains des éléments avancés pour expliquer ce comportement déprédateur très pénalisant et traumatisant pour le troupeau, les éleveurs et les bergers.

L'observation :

Après un début de nuit au pâturage, le troupeau est en couchade libre sur une crête. Deux brebis « à la traine» sont isolées à plus d’un km du troupeau. Elles n’ont pas suivi et se sont cantonnées pas très loin du point d’eau que visite chaque soir le troupeau.

Cliquer pour lire la vidéo
CanOvis - Vidéo nocturne - Séquence 9 : Effet de surpluskilling - Extrait n°1 : première prédation
Extrait n°1 : Première prédation

En milieu de nuit un loup parcourt le pâturage et « surprend » les brebis, l’attaque (non visible par l’observateur) est instantanée, l’une des brebis est prédatée en fond de cuvette, l’autre s’enfuie et se stoppe, nerveuse, à plus d’une centaine de mètre, sur le plateau.


Cliquer pour lire la vidéo
CanOvis - Vidéo nocturne - Séquence 9 : Effet de surpluskilling - Extrait n°2 : seconde capture
Extrait n°2 : Seconde capture

Suite à 10 mn de consommation sur la brebis prédatée, le loup se lance après la deuxième, toujours immobilisée et hors de portée de (sa) vue. Il remonte sa piste, la poursuit et fini par la capturer par l’arrière-train. Il consomme quelques instants sur l’animal et s’en retourne sur la carcasse de la première brebis


Cliquer pour lire la vidéo
CanOvis - Vidéo nocturne - Séquence 9 : Effet de surpluskilling - Extrait n°3 : épilogue
Extrait n°3 : Epilogue

Un des CPT qui « traînait » près des abreuvoirs, se rapproche, visiblement intrigué (par des bruits ? des odeurs ?) mais sans détecter le loup qui quitte la zone avec un morceau de la carcasse (épaule).La deuxième brebis n’est « que » blessée, elle tente de se mettre à l’abri dans une dépression du plateau. Le loup ne l’a pas mise à mort, mais l’a consommée vivante !

Le loup reviendra une heure plus tard s’alimenter sur la carcasse avant de quitter le pâturage en fin de nuit, en passant non loin de la brebis grièvement blessée.Les deux animaux seront récupérés au matin par l’éleveur. La brebis blessée ne survivra pas malgré les soins.


Analyse


Un loup en chasse, efficace
A voir évoluer le loup sur le pâturage avant cette action, il est visiblement en prospection aléatoire. Ces deux brebis isolées et affaiblies (une boiteuse et une gestante) représentent une opportunité circonstancielle très favorable pour lui. Il sait la saisir, l’attaque est fulgurante et efficace. Aucun évènement extérieur ne perturbe son action, aussi bien durant la chasse que durant la consommation qui suit.

Alors comment expliquer la deuxième prédation ?
Le comportement prédateur-déprédateur du loup est généralement décrit par une succession de séquences comportementales (patrons moteurs) orchestrées par différents stimuli, de la faim à la satiété, en fonction des réponses comportementales de la proie.
Il est habituellement admis que lors de l’approche d’une proie, c’est son mouvement de fuite qui déclenche la poursuite. C’est à l’inverse, l’absence de mouvements de la proie mise à mort (et pour cause) mais aussi dans l’environnement proche de la scène qui ferait passer le loup de la phase de prédation à la phase de consommation.
Dans ce cas, le loup interrompt sa consommation pour « s’occuper » de la deuxième brebis qui est immobile, loin de lui et hors de sa vue. Aucun stimulus « classique » (abondance, mouvements …) ne vient donc expliquer son comportement si ce n’est que ce loup a « conscience » de cette brebis qu’il a vu fuir lors de sa première attaque.
Il va capturer facilement cette « boiteuse » et consommer directement sur elle, sans la mettre à mort. On est ici aussi à contre courant du schéma admis qui fait de la mise à mort (morsure à la gorge) l’acte obligé avant le passage au comportement de consommation. Il faut noter néanmoins que ce comportement est observé aussi sur des proies sauvages de grande taille (bison par exemple).


La faim comme moteur, mais pas que …
Le loup délaisse rapidement la brebis qu’il a grièvement blessée pour reprendre une phase de consommation importante sur la carcasse de la première brebis. Cette prédation est donc largement rentabilisée, surtout pour un individu seul. On peut supposer que la faim a bien été le principal facteur qui l’a conduit dans cette première prédation. Mais quelles réponses à apporter pour expliquer la seconde prédation ? La stratégie de faire des réserves, l’envie de « gouter » à une autre viande, la nécessité innée d’exploiter au maximum une situation inhabituelle ultra favorable, de tuer chaque fois que cela est possible…???

Ce type de comportement n’est pas inhabituel sur les troupeaux, les constats de dommages en attestent malheureusement régulièrement. Nos observations permettent cette fois-ci de documenter plus précisément ce phénomène et de remettre en cause certaines affirmations.

Dans une approche anthropique de l’évènement, les faits sont accablants pour le loup. Et cela nous amènerait à y voir un acte gratuit et éminemment cruel. Notre approche éthologique nous écarte d’emblée de toute idée de diabolisation de l’animal « sanguinaire qui tuerait pour le plaisir » etc … Le loup n’est ni gentil, ni méchant, il est « loup ». A nous de mieux comprendre l’ensemble de ses comportements pour se prémunir de ceux qui impactent le plus les activités d’élevage.


Réalisées dans le cadre du suivi nocturne du projet CanOvis, ces images présentent un caractère exceptionnel. Elles fournissent des données qui confirment certaines connaissances déjà établies mais révèlent également des informations inédites sur les interrelations entre loups, troupeaux et système de protection, qu’il convient d’aborder avec prudence et rigueur scientifique, particulièrement à ce stade de l’étude.
  • Massif du Mercantour - Etude et images réalisées avec l’autorisation du Directeur du Parc National du Mercantour n° 2014-240, 2014-234, 2015-228
  • Plateau de Canjuers - Etude et images réalisées avec l’autorisation du Commandant du Camp militaire de Canjuers n°1-2015/1°RCA/PC/ENV