Publié dans
Actualités

09 novembre 2017


Sortie de l'ouvrage "LE LOUP" - Jean-Marc Landry - Delachaux et Niestlé Monographie francophone la plus complète jamais publiée sur Canis lupus. Loin d’une ode à la gloire du carnivore, synthèse de plus de deux décennies de recherches, « Le Loup » pose un regard objectif et approfondi sur une espèce qui, plus que toute autre, a façonné l’histoire de la notre.

Publié dans
Actualités

15 avril 2017


Démarche prospective de la France sur le loup A la commande du Ministère en charge de l’Environnement du 7 avril 2016,une démarche politique prospective d’évaluation de la situation à long-terme du loup gris (Canis lupus) en France a été lancée."Les résultats d’une expertise collective sociologique contribueront, avec ceux de la présente expertise biologique, à éclairer l’Etat quant à comment atteindre son objectif politique de « garantir une cohabitation socialement et économiquement acceptable entre le loup et les activités humaines" - Expertise scientifique collective sur le devenir de la population de loups en France - ONCFS/MNHN - mars 2017

Publié dans
Actualités

25 janvier 2017


Examen du rapport d' "Évaluation de l’efficacité des moyens de protection des troupeaux domestiques contre la prédation exercée par le loup - Période 2009-2014", commandé par le MAAF et le MEEM (France)
Examen du rapport TerrOïko - IPRA 2017 : Télécharger
Cette étude, dont l’approche est classique et statistique, avec des résultats finalement sans surprises, met plutôt en lumière les limites des méthodes d‘investigation actuelles.
Or, nous avons besoin de plus de complexité pour entrer véritablement dans la réalité des relations « troupeau-loup-protection ».
A l’aune de nos travaux, force est de constater que ce rapport reste passablement généraliste et qu’il ne propose ni un regard neuf, ni des solutions concrètes face à cette problématique dont l’envergure va croissant. Nous ne pouvons qu’espérer que ce document sera considéré avec la prudence de mise, à plus forte raison s’agissant de bâtir, dans une démarche prospective pertinente, la stratégie future de protection des troupeaux en France.

Publié dans
Actualités

10 mai 2016


Publication de la 12ème revue CDP News
Page à consulter : CDP News : La revue

31 p.

  • LIFE DINALP BEAR: a project to increase tolerance toward bears through conflict mitigation and the development of a population management approach
  • COMPARISON OF THE OCCURRENCE OF HUMAN-BEAR CONFLICTS between the northern Dinaric Mountains and the south-eastern Alps
  • HOW TO PREVENT DAMAGES FROM BEARS ON BEEHIVES: the practice of the Swiss system
  • PILOT PROJECT ON WASTE MANAGEMENT AND BROWN BEAR DAMAGE PREVENTION in the Val Müstair Biosphere Natural Park
  • EFFECTIVENESS OF BROWN BEAR DAMAGE PROTECTION MEASURES to protect apiaries in the Cantabrian Mountains
  • ASSESSING THE EFFICACY OF ELECTRIC FENCES to prevent bear damage in Italy
  • RESULTS OF THE LIFE ARCTOS/KASTORIA PROJECT
  • BEAR MANAGEMENT: the case of a bear attack on human in Trentino, Italy
  • DEFINING, PREVENTING AND REACTING to problem bear behaviour in Europe

Download as PDF format


Publié dans
Actualités

16 février 2016


Nouveaux extraits vidéos : le loup charognard
Page à consulter : Extraits vidéos de l'IPRA
Ces images et vidéos sont propriété de l'IPRA, toute utilisation et reproduction est interdite sauf autorisation expresse et contractuelle. Nous contacter
Titre
Le loup est (aussi) un charognard : un animal carnivore n'est pas nécessairement un prédateur
Source
Projet CanOvis - IPRA 2015
Description
« Les loups sont des prédateurs souples et opportunistes mais ils comptent généralement sur les ongulés de grande taille qu’ils n’ont d’ailleurs pas toujours besoin de tuer pour se nourrir. Peterson dit avoir récupéré des fèces de loups pleines d’asticots après qu’ils aient consommé des carcasses avariées d’élan, abandonnées alors qu’elles étaient desséchées depuis des mois ». (Peterson-Ciucci. « Les loups en tant que carnivores », dans Mech-Boitani (2003) Les loups University of Chicago Press, traduction C et R Igel, p.104) Le charognard se nourrit de cadavres d’animaux morts plus ou moins récemment, dans un état de décomposition plus ou moins avancé. Le loup en tant que carnivore consomme régulièrement sur des carcasses d’animaux sauvages ou domestiques qu’il a lui-même prédaté (précédemment ou non).

La tournée des carcasses

Les longs suivis que permettent les terrains enneigés mettent parfois en évidence l’intérêt des loups pour ces charognes qu’ils visitent régulièrement et dont parfois il ne reste vraiment pas grand-chose (quelques vieux os délavés !) Seuls ou en groupe, il apparait même que les loups organisent de véritables et méthodiques « tournées des carcasses ».

A rogner exclusivement des vieux os, les loups peuvent produire des crottes très « calcifiées »

Lors de nos observations auprès des troupeaux, le loup charogne régulièrement des restes de moutons, morts de maladie, d’accident, avortements … et bien sûr de prédation (par lui ou l‘un de ses congénères). Certains individus semblent plus attirés par les diverses carcasses qui parsèment l’alpage que par les animaux vifs du troupeau, même si ces charognes sont défendues par les CPT.

Ces loups « qui vont droit au but » en arrivant sur l’alpage, possèdent visiblement une cartographie précise des carcasses en présence. Outre l’opportunité d’une prédation, leurs nombreuses visites aux troupeaux leur permettent également d’actualiser leur catalogue de carcasses nouvellement disponibles.


Cliquer pour lire la vidéo
CanOvis - Vidéo nocturne - Séquence 7 : « Loup charognard » - Extrait n°1 : Charognage d’un loup sur une carcasse d’agneau
Extrait n°1 : Charognage d’un loup sur une carcasse d’agneau

Un loup consomme 40 mn sur les maigres restes d’un agneau mort de maladie aux abords d’un parc de nuit, deux semaines plus tôt.


Compétition entre loup et CPT

Nous avons pu observer plusieurs interactions entre loup et CPT autour de carcasses récentes de mouton. Généralement le chien « défend » le cadavre. Défense de propriété (c’est son mouton) ou défense de ressource (c’est son casse croute) la limite est souvent flou, les deux intentions peuvent visiblement se méler. Les joutes entre les deux canidés peuvent être longues et animées (voir Séquence 4 : « Face à face »). L’issue de la confrontation est très variable, de la mise en fuite définitive du loup à la capitulation du chien qui (résigné ?) observe alors le loup consommer. Un moindre mal dans la mesure où l’on à vu à l’inverse, des loups tenter des attaques au troupeau faute d’avoir pu accéder à une carcasse !


Cliquer pour lire la vidéo
CanOvis - Vidéo nocturne - Séquence 7 : « Loup charognard » - Extrait n°2 : Interaction loup-CPT autour d’une carcasse de brebis
Extrait n°2 : Interaction loup-CPT autour d’une carcasse de brebis

Une brebis est morte sur un lieu de couchade (parc en filets électrifiés). La nuit suivante, sur ce site inutilisé par le troupeau, un loup et un CPT se disputent la carcasse.

Durant 1h30, le chien tient le dessus puis finalement cède le terrain au loup insistant qui va consommer à peine plus de 7 mn. Entre temps, il aura « découragé » un autre CPT, rendu visite à l’âne (peu impressionné) et à la cabane pastorale toute proche.


Scent-rolling

Si la carcasse visitée par le loup est encore odorante, il peut réaliser une action de scent-rolling (se frotter, glisser, rouler sur un objet « parfumé »: carcasse, crotte, urine …) afin, selon les intreprétations proposées, marquer de son odeur cette carcasse (marquage territorial), s’enduire de l’odeur de la carcasse pour ramener au reste du groupe l’info d’une ressource alimentaire disponible ou encore dissimuler sa propre odeur pour échapper à la vigilance de ses futures proies (camouflage olfactif). Certains chiens, au grand désaroi de leur propriétaire, ont conservé ce comportement !


Cliquer pour lire la vidéo
CanOvis - Vidéo nocturne - Séquence 7 : « Loup charognard » - Extrait n°3 : Scent-rolling de 2 loups sur une carcasse de bouc
Extrait n°3 : Scent-rolling de 2 loups sur une carcasse de bouc

Deux loups réalisent un long scet-rolling sur une carcasse d’un bouc de chèvre en fort état de décomposition (suite à une prédation) L’odeur est insoutenable (pour un homme !) on n’ose imaginer la signature olfactive des loups après leur « bain parfumé ».


Réalisées dans le cadre du suivi nocturne du projet CanOvis, ces images présentent un caractère exceptionnel. Elles fournissent des données qui confirment certaines connaissances déjà établies mais révèlent également des informations inédites sur les interrelations entre loups, troupeaux et système de protection, qu’il convient d’aborder avec prudence et rigueur scientifique, particulièrement à ce stade de l’étude.
  • Massif du Mercantour - Etude et images réalisées avec l’autorisation du Directeur du Parc National du Mercantour n° 2014-240, 2014-234, 2015-228
  • Plateau de Canjuers - Etude et images réalisées avec l’autorisation du Commandant du Camp militaire de Canjuers n°1-2015/1°RCA/PC/ENV

Publié dans
Actualités

22 septembre 2015


Nouvelle vidéo : observation diurne de 2 loups sur l'alpage
Page à consulter : Extraits vidéos de l'IPRA
Ces images et vidéos sont propriété de l'IPRA, toute utilisation et reproduction est interdite sauf autorisation expresse et contractuelle. Nous contacter
Titre
Le mimétisme du loup : quelle est la couleur de Canis lupus italicus ?
Source
Projet CanOvis - IPRA 2015
Description
Stratégie adaptative dans le monde animal, le mimétisme permet aux proies comme aux prédateurs de se camoufler et passer (pour des raisons inverses) inaperçus. A ce jeu là, le loup « gris » européen (et sa sous-espèce italienne) se révèle particulièrement performant. Dans le cadre de nos travaux en alpages, les observations diurnes de loup sont régulières. Le premier aspect commenté est souvent la couleur du ou des individus suivis... ou du moins l’impression qu’on en a !

Le « vrai » pelage du loup

De plus en plus courante en milieu naturel, une belle observation de loup (en distance et/ou durée) nous permet de détailler à peu près son pelage : le plus souvent un mélange de beige, de gris, de noir et de brun-jaune. Le dos étant plutôt sombre et le ventre plutôt clair avec une particularité à la tête : un masque labial blanc autour de la bouche et le début du cou (gorge). Finalement le pelage est un nuancier de couleurs « naturelles » à tendance gris-fauve plus ou moins mélangée de poils noirs et blancs.


La couleur du loup observé : une impression plus qu’une réalité

Mais le plus souvent, les observations restent plus furtives, plus lointaines et dans ce cas, il est bien difficile de décrire précisemment la couleur du ou des spécimens observés. Même le masque facial normalement caractéristique peut passer complètement inaperçu !

Repérage délicat pour ces deux loups de passage matinal sur l'alpage. On notera une différence de couleur entre les deux individus : entre gris et brun

Selon l’éclairage et la visibilité du moment, selon le milieu (pelouse, pierrier, sous-bois …) l’impression générale peut être très contrastée : gris argenté, roux, noir … Un même individu en mouvement dans un milieu varié donnera même l’impression de « changer » de couleur. Suivre un individu en déplacement dans une pelouse rocailleuse en fin d’automne peut être particulièrement difficile, même avec du bon matériel optique !


Cliquer pour lire la vidéo
CanOvis - Vidéo diurne - Séquence 6 : « Le mimétisme du loup » - Extrait : Loups sur un alpage du Mercantour
Extrait : Loups sur un alpage du Mercantour

Observation en soirée depuis le parc de regroupement nocturne.


On retrouve, en effet, dans le pelage du loup, nombre de couleurs et d’associations de nuances qui s’adaptent à une multitude de contextes naturels (milieux et visibilité) : l’essence même du mimétisme !

Il faut ajouter à cela une variabilité individuelle, qui fera apparaitre, dans le cas d’observation simultannée de plusieurs individus, tel loup plus brun, tel autre plus gris, plus clair ou plus foncé...

Enfin, il faut tenir compte de la variabilité saisonnière du pelage qui se densifie et peut s’assombrir en hiver. A l’inverse, le pelage estival peut être extrèmement ras et prédominent alors les tons brun-roux.

Il n’y a bien que dans le cas d’un manteau neigeux continu que l’animal perd ses capacités mimétiques. Mais là encore, par effet de contraste avec le blanc de la neige, le loup apparaitra plus sombre qu’il n’est réellement !

Réalité ou impression, depuis quelques temps se multiplient en France des témoignages portant sur des observations de loups « noirs »... Concernant la sous-espèce C.l.italicus ce n’est biologiquement pas impossible mais semble–t-il très rare (quelques cas détectés en Italie). Hormis ces observations, aucun document photo ou vidéo n’a permis jusqu’ici de valider ces informations dans notre pays.

Faut-il entendre dans ces témoignages : « uniformément noirs » ? « particulièrement foncés » ? « plutôt sombres »... ? Le doute subsiste.


Réalisées dans le cadre du suivi nocturne du projet CanOvis, ces images présentent un caractère exceptionnel. Elles fournissent des données qui confirment certaines connaissances déjà établies mais révèlent également des informations inédites sur les interrelations entre loups, troupeaux et système de protection, qu’il convient d’aborder avec prudence et rigueur scientifique, particulièrement à ce stade de l’étude.
  • Massif du Mercantour - Etude et images réalisées avec l’autorisation du Directeur du Parc National du Mercantour n° 2014-240, 2014-234, 2015-228
  • Plateau de Canjuers - Etude et images réalisées avec l’autorisation du Commandant du Camp militaire de Canjuers n°1-2015/1°RCA/PC/ENV

Publié dans
Actualités

20 septembre 2015


Les premiers extraits vidéos d'interactions nocturnes de l'été 2015 sont publiés
Page à consulter : Extraits vidéos de l'IPRA
Ces images et vidéos sont propriété de l'IPRA, toute utilisation et reproduction est interdite sauf autorisation expresse et contractuelle. Nous contacter
Titre
Entre grands et petits canidés : les relations nocturnes du renard avec CPT et loup
Source
Projet CanOvis - IPRA 2015
Description
Dans les zones pastorales, CPT (chiens de protection des troupeaux) loups et renards se côtoient en permanence. Les relations, parfois d’une grande promiscuité, entre le renard et ces grands canidés se révèlent très contrastées.

Cliquer pour lire la vidéo
CanOvis - Vidéo nocturne - Séquence 5 : « Entre grands et petits canidés » - Extrait n°1 : Les protagonistes
Extrait n°1 : Les protagonistes

Une présentation des trois canidés pour se familiariser à leur "signature thermique".


Cliquer pour lire la vidéo
CanOvis - Vidéo nocturne - Séquence 5 : « Entre grands et petits canidés » - Extrait n°2 : Mise en fuite
Extrait n°2 : Mise en fuite

Relation interspécifique où le renard est mis en fuite par "plus grand que lui". Relation la plus convenue mais pas la plus courante sur le terrain.


Cliquer pour lire la vidéo
CanOvis - Vidéo nocturne - Séquence 5 : « Entre grands et petits canidés » - Extrait n°3 : Tolérance
Extrait n°3 : Tolérance

Grands et petits canidés se partagent le même espace et parfois les mêmes ressources alimentaires. CPT et loup s’agacent de l’attitude intrusive et intéressée du renard mais le tolèrent le plus souvent.


Cliquer pour lire la vidéo
CanOvis - Vidéo nocturne - Séquence 5 : « Entre grands et petits canidés » - Extrait n°4 : Indifférence
Extrait n°4 : Indifférence

Les grands canidés ont intégré l’insistant renard et l’acceptent dans leur cercle le plus proche... jusqu’à l‘indifférence.


Commentaires

Les territoires des canidés sauvages se chevauchent, loups et renards convoitent parfois les mêmes proies et bien plus souvent, les mêmes charognes. Il a déjà été mis en évidence (notamment dans le suivi hivernal et par piégeage photo) l’intérêt du renard pour le loup qui le mène vers des proies communes mais surtout des carcasses (fraichement prédatées ou plus anciennes).

Le loup peut se montrer autant intolérant qu’indifférent à la présence du renard, même dans le cas d’une défense de ressource alimentaire (observations faites sur carcasses de brebis).

En zones pastorales, le troupeau représente pour l’un et l’autre un réservoir de proies potentielles (jeunes agneaux pour le renard) et encore une fois, une probabilité élevée de carcasses et autres déchets organiques.

Ainsi les renards fréquentent assidument les abords des cabanes pastorales et les sites de regroupement nocturne des troupeaux. Généralement, les CPT, comme avec l’essentiel de la faune sauvage ordinaire (sangliers, lièvres, chevreuils...) tiennent en respect ces renards mais finalement les tolèrent plutôt bien… sur des périmètres (cabanes, couchades) où ils sont pourtant le plus vigilant et le plus défensif.

Visiblement, loups et CPT ont à peu près les mêmes relations avec les renards, oscillant entre agressivité et indifférence, comme si les grands canidés finissaient par capituler devant l’insistance et la ténacité du renard commensal.

Les goupils semblent l’avoir bien compris et leur proximité vis-à-vis des grands canidés peut être vraiment étonnante !

Réalisées dans le cadre du suivi nocturne du projet CanOvis, ces images présentent un caractère exceptionnel. Elles fournissent des données qui confirment certaines connaissances déjà établies mais révèlent également des informations inédites sur les interrelations entre loups, troupeaux et système de protection, qu’il convient d’aborder avec prudence et rigueur scientifique, particulièrement à ce stade de l’étude.
  • Massif du Mercantour - Etude et images réalisées avec l’autorisation du Directeur du Parc National du Mercantour n° 2014-240, 2014-234, 2015-228
  • Plateau de Canjuers - Etude et images réalisées avec l’autorisation du Commandant du Camp militaire de Canjuers n°1-2015/1°RCA/PC/ENV